Requêtes | Centre médias | Lettre d'info | Carte du site | Anglais | Recherche:

Communiqués de presse 2011

Selon un nouveau rapport, les investissements du secteur privé dans la lutte contre le paludisme sauvent des vies, réduisent les coûts liés à la maladie et permettent aux entreprises concernées d'augmenter leurs bénéfices

Communiquées de presse 5.05.2011

Le Cap, 5 mai 2011 - Le rapport Investissement des entreprises dans la lutte contre le paludisme - Retombées économiques et protection de la main d'oeuvre en Afrique, rédigé par le Partenariat RBM (Roll Back Malaria, Faire reculer le paludisme) et rendu public le 5 mai 2011 lors du Forum économique mondial (WEF) sur l'Afrique qui s'est déroulé à Cape town, révèle que des programmes antipaludiques efficaces génèrent des bénéfices considérables pour les entreprises. Cette analyse repose sur des études de cas réalisées en Zambie, en Guinée équatoriale, au Ghana et au Mozambique.

Les chiffres sont impressionnants : en Zambie, par exemple, l'ensemble des données fournies par les entreprises Zambia Sugar, Mopani Copper Mines et Konkola Copper Mines fait apparaître qu'une dépense moyenne annuelle de US $34/employé pour lutter contre le paludisme sur la période 2000-2009 a permis de diminuer de 94 % le nombre annuel de journées de travail perdues à cause de cette maladie. Les retombées économiques ont été considérables pour ces entreprises ; en effet, le taux de rentabilité interne (TRI) des investissements consentis par ces entreprises s'est élevé à 28 % par an (le TRI permet de mesurer et de comparer la rentabilité des investissements).

« Ce rapport établit clairement que le secteur privé est un partenaire essentiel dans la lutte contre le paludisme. Les entreprises agissent en complément des efforts nationaux et oeuvrent en collaboration avec d'autres partenaires afin de renforcer les programmes de lutte contre le paludisme dans de nombreux pays », affirme le Professeur Awa Marie Coll-Seck, Directrice exécutive du Partenariat RBM.

Le paludisme est une maladie évitable et guérissable qui tue près de 800 000 hommes, femmes et enfants dans le monde, dont 90 % en Afrique. Sur ce continent, elle représente, à elle seule, 20 % des décès d'enfants et la maladie pèse lourd sur les entreprises et les économies, avec des pertes de productivité s'élevant à US $12 milliards chaque année.

Dans la communauté d'Obuasi au Ghana, AngloGold Ashanti a divisé par cinq ses coûts mensuels de traitements antipaludiques entre 2004 et 2009 en collaborant avec le programme national de lutte contre le paludisme pour la distribution de moustiquaires imprégnées d'insecticide, le diagnostic rapide et le traitement des cas, et la pulvérisation intradomiciliaire d'insecticides à effet rémanent. Selon Steve Knowles, Responsable du programme de lutte contre le paludisme d'AngloGold Ashanti : « La recherche, le suivi et la surveillance sont des activités essentielles qui doivent être réalisées en continu. Le partenariat entre les autorités compétentes et les communautés locales est aussi un facteur clé de réussite ».

« Les chiffres présentés dans ce rapport témoignent de réussites spectaculaires rendues possibles par les efforts de lutte contre le paludisme. Ils démontrent que la mise en oeuvre d'interventions modérément coûteuses peut entraîner des bénéfices réels pour les entreprises », a déclaré Herve Verhoosel, Responsable des relations extérieures du Partenariat RBM lors de la parution de ce rapport, avant d'ajouter : « En examinant de plus près les expériences vécues par ces trois entreprises en Zambie, on constate une diminution de 94 % des cas de paludisme recensés dans leurs établissements de soins, ainsi qu'une baisse de 76 % des dépenses liées au paludisme en moins d'une décennie, ce qui est vraiment impressionnant ».

A l'occasion du lancement, Yvonne Chaka Chaka, Ambassadrice de bonne volonté auprès de Roll Back Malaria a déclaré « J'en appelle au secteur privé pour être plus actif dans la lutte contre le paludisme. Cette question est essentielle pour toutes les personnes qui vivent sur le continent africain, aussi nous avons besoin de l'engagement de toutes les entreprises ».

Le Forum économique mondial (WEF) apporte tout son soutien à ce rapport, selon Olivier Raynaud, Directeur de la santé mondiale et des industries de santé auprès du WEF. Il écrit ainsi : « Le Forum continuera à plaider vertement pour engager les entreprises de tous les secteurs de l'industrie à mettre en oeuvre des partenariats dans le domaine de la santé. En effet, en mobilisant leurs ressources et compétences, et en fournissant des produits ou des services adéquats, ces entreprises peuvent contribuer à protéger la santé de leurs employés, de leur famille et, dans une certaine mesure, de la communauté environnante ».

Le lancement du rapport à Cape town a été co-organisé par Roll Back Malaria et le Centre d'information des Nations Unies de Pretoria.

Le Partenariat Roll Back Malaria (RBM) fournit un cadre mondial pour la coordination de la lutte contre le paludisme. Il offre une plateforme neutre pour favoriser le consensus et proposer des solutions aux défis liés à la mise en oeuvre des interventions et des stratégies de lutte contre le paludisme. Véritable partenariat public-privé, il contribue au développement d'idées nouvelles et apporte son soutien aux approches novatrices. Il prône un engagement politique de premier plan et s'efforce de maintenir le paludisme comme une priorité sur l'agenda international en encourageant, harmonisant et intensifiant les actions de plaidoyer menées par ses partenaires. Fondé par l'UNICEF, l'OMS, la Banque mondiale et le PNUD, et renforcé par l'expertise, les ressources et l'engagement de plus de 500 organismes partenaires, il fournit des recommandations sur les politiques à adopter. Le Partenariat RBM apporte également un soutien financier et technique aux efforts de lutte contre le paludisme dans les différents pays, et suit les progrès liés aux objectifs universels en matière de lutte contre cette maladie.

Veuillez vous reporter au Résumé du rapport compris dans votre dossier de presse.

Pour plus d'informations sur le rapport Investissement des entreprises dans la lutte contre le paludisme - Retombées économiques et protection de la main d'oeuvre en Afrique et sur le Partenariat RBM, veuillez contacter Herve Verhoosel.
E-mail : hverhoosel@whoun.org
Tél. portable: +1-917-345-5238
(Le Cap, jusqu'au 6 mai: +27-21-412-9999)